Flaubert dans la ville

13. Vers le Cimetière Monumental

La place du Boulingrin

Du côté de la réalité

Fasciné par les théâtres ambulants et les exhibitions de monstres, Flaubert admire les spectacles de la foire Saint-Romain qui s’y tint longtemps. Il y emmenait régulièrement sa nièce, et y vint, accompagné de Georges Sand, en 1866. La Foire saint Romain se tint longtemps place du Boulingrin, non loin de l’avenue Georges-Métayer, qui mène au cimetière Monumental.

Du côté de la fiction

La Tentation de saint Antoine publiée en 1874 est la troisième version d’une œuvre à laquelle Flaubert songe depuis plus de trente ans. La Tentation doit son origine à la découverte d’un tableau de Breughel, exposé à Gènes. Mais il n’est cependant pas impossible qu’en spectateur assidu de la foire Saint-Romain, Flaubert se soit également souvenu d’une pièce pour marionnettes sur le même thème, régulièrement représentée dans la baraque d’un forain, le Père Legrain.

Le Cimetière Monumental

Il se situe à côté du lycée G. Flaubert : l’emplacement du caveau familial a été choisi de façon à ce qu’on pût y voir la maison de Croisset. Flaubert y repose près de ses parents, et non loin de Louis Bouilhet.